« Je n’ai pas la start-up et je le vis bien ! « 

Quoi tu n’as pas la Start-up ?

Pour la presse, il n’y en a que pour elles.

Star des années 2000 mais Star jusqu’au bout des seins, ayant réussi l’amalgame de l’état d’esprit et du charme technologique.

Et ben non,

Je suis un PDG en bas noirs, d’une société d’autrefois,

Un général d’infanterie à la tête d’une équipe d’industrie

Mais comme elle, je pianote sur la gamme qui va du sourire aux larmes.

Je navigue sur le secteur du bâtiment, du terrassement, ou du transport intelligent,…

Pas de robe du soir, mais installé sur des marchés saturés par une offre haut de gamme ou par celle à bas coût, … Je peux être aussi le roi du slip ou celui qui tape le marteau façon tuto !

Non je suis loin d’être has been, je dynamise le secteur considéré à tort comme verrouillé.

Moi aussi je dois innover si je veux exister,

Moi aussi, je dois écouter le client je ne veux pas me retrouver comme un gland

Moi aussi je dois me remettre en cause, si je ne veux pas être en pause

Moi aussi je dois apporter des solutions, pour faire de nouvelles acquisitions

Moi aussi je prône la légèreté, pour trouver une façon de financer mes activités,

Moi aussi je défriche des territoires, si je veux encore me regarder dans le miroir

Moi aussi je m’attaque au digital, pour écouter l’écho de ce qui va bien ou mal

Moi aussi j’utilise des méthodes qui se vivent, plutôt que celles qui s’écrivent

J’apporte la preuve que l’entrepreneuriat peut s’exprimer au travers de plusieurs recettes connues et parfaitement maîtrisées, où la main d’œuvre et le travail manuel peuvent encore être valorisés.

Je suis moins colombine qu’Arlequin mais à regarder de loin, je le vis bien.

Leave a Reply